facebook

P9180461Au commencement, Dieu crée le chat, un félin aux yeux surnaturels phosphorescents, pailletés d’or. Le Magnifique passe son temps à lécher sa robe de poils aux motifs sophistiqués, à ronronner et à se vouer à la paresse. Chaque jour plus indolent, égoïste et sans reconnaissance pour son créateur ; le ciel se lasse de ce fainéant et demande à Dieu de créer l’homme !

Aussitôt le Besogneux apparaît sur terre, avec pour mission de lui inculquer des valeurs. Le chat trouve le bipède étrange, sans grâce puisque quasiment à poil. En douce, il le regarde bosser. Quel stress ! Que de gesticulations ! Mais que de résultats, se dit l’animal en se frottant les pattes. Son instinct lui dit que l’homme ne tardera pas à tomber sous son charme et à se métamorphoser en adorateur des félins.

En effet, à chat qui sait attendre, tout arrive : la reconnaissance, le gîte et le couvert. Plus que conquis, l’homme invente une loi interdisant à quiconque de le contrarier et de l’injurier. Sont expédiés en prison, les allergiques aux poils, les félinophobes et les racistes qui le traitent de « Chat de gouttière ».

Opportuniste, l’animal sait y faire ! Il patoune, geste d’affection du plus grand effet et ça fonctionne. Ce faisant, il capte les mauvaises ondes, les absorbe, les inverses si nécessaires, pour rendre l’atmosphère paisible, favorable à la détente de « son esclave ». Et si la méthode douce ne suffisait pas, qu’à cela ne tienne : il le snobe pendant deux ou trois jours pour le remettre à ses genoux… pardon, à ses coussinets.

Au fil du temps, il devient une star. Il s’exhibe dans les tableaux de Picasso, Miro, et de bien d’autres peintres ; s’invite dans la littérature ; danse et chante dans les comédies musicales. Tout cela pour flatter les égos de ces admirateurs.

Appelons un chat un chat ! Qu’on se le dise, l’animal est loin d’être tout blanc ou tout noir. Certains prétendent, qu’autrefois, le chat n’était pas de si bonne compagnie ? Il aurait été de mèche avec les sorcières, associé au diable et aux flammes de l’enfer. Il serait donc maléfique et porterait malheur, surtout en robe noire.

Chat alors ? Pour ma part, j’ignore si ses sornettes sont fondées… Je préfère donner ma langue au chat.

ImprimerE-mail

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)