facebook

Philosophie

Un voyage entre les mondes

Eric Morin, ponctuel à son rendez-vous, frappe  à la porte du bureau du Professeur Tameroff.

-Entrez !

L’homme le dévisage, hoche la tête, lui fait signe de prendre place et tourne aussitôt son regard vers l’écran placé sur son bureau. Après un long intervalle de silence, il s’adresse enfin à son visiteur d’une voix aigrelette et surexcitée.

– Une expérience hors du commun Eric, c’est ce que je vous propose. Vous avez bien entendu ? Hors du commun !

Éric se tasse dans son fauteuil comme un rat de laboratoire pris au piège et demande timidement :

– J’peux en savoir plus ?

– L’exploration des mondes parallèles, jeune homme. L’exploration…

– Heu…un voyage dans l’espace ?

– Non ! Dans les mondes imbriqués dans le nôtre.

– Comment ça ?

– Nous vivons dans une série de mondes imbriqués. On les touche sans les voir. Ils ont une incidence sur le nôtre, provoquent des phénomènes inexplicables. Sont-ils semblables – différents ? J’ai besoin de vous pour le savoir.

– Moi ?

– Si je vous ai convoqué c’est que vous êtes le candidat idéal pour les visiter.

– Ah ?

– Cela comporte néanmoins quelques risques… petits.

– …

-Celui de ne pas retrouver le chemin du retour.

-…

– Détendez-vous ! Les tests ont prouvé que vous avez le potentiel mental et intellectuel nécessaire. Cela vous permettra, et j’en suis certain, de trouver le moyen de revenir.

– Ah bon ! Et je vais y aller comment dans ces mondes ?

-Mes recherches ont démontré que la conscience n’est pas liée au corps physique. Lorsque le cœur cesse de battre, le sang de couler, les microtubules perdent leur état quantique, l’information quantique dans les microbules n’est pas détruite. Elle est juste absorbée et disséminée dans tout l’univers. Donc…

-Heu… excusez-moi Professeur !

– Vous avez raison de m’interrompre, je m’égare. Allons droit au but ! Je vais transformer vos cellules pour que votre corps puisse s’infiltrer et s’adapter aux différents environnements. Je vais les équiper de capteurs pour suivre votre aventure. Les excursions dans ces mondes dureront quelques heures mais pourront vous sembler une éternité puisque le temps n’est qu’une illusion.

Après de longues explications absconces, Eric quitte le professeur, pas vraiment rassuré. Il a retenu le plus important : l’argent ! C’est ce qui l’a décidé d’accepter la proposition et de tenter celle folle aventure.

***

Quelques jours plus tard, une fois le traitement du Professeur Tameroff  appliqué, Eric rentre chez lui.  Il décide de ne pas rentrer directement à la maison mais de prendre à travers bois  pour rejoindre la clairière où il aime se détendre. Les colchiques en fleurs annoncent la fin de l’été. Il se reproche de n’avoir pas parlé de l’expérience à Sophie, sa fiancée. Trop tard. Il se dit que de toute façon, il sera très vite de retour. Il l’aime.

Soudain, pris de vertige, il s’assied au milieu des fleurs. Une vague mouvante s’empare de lui. Aussitôt, son esprit franchit une ligne invisible, aspiré dans un tourbillon de sensations inconnues. Il se réveille dans un matin perpétuel. Son nouveau corps, d’une blancheur diaphane, est enroulé tel une liane autour d’un tronc. Il se détache de l’arbre de vie pour se glisser avec d’autres corps semblables à l’orée du bois. Il se déplace avec eux en frôlant le sol, à travers de continuels changements de décors : des intérieurs riches de nourritures spirituelles, de senteurs et de sensations extraordinaires. Un monde merveilleux !

En toile de fond le spectacle de villes, de montagnes, de citadelles et de mares. Il comprend intuitivement que c’est par ces mares qu’on peut accéder à des milliers d’autres mondes. Soudain, une femme d’une beauté irréelle s’approche de lui et lui insuffle :

– Tu veux découvrir ces mondes ?

– Oh oui ! tous.

– Ils sont trop nombreux, dit-elle d’une voix cristalline en souriant. Et puis, ils se ressemblent, si bien que l’on peut les confondre. Tu risques de ne pas retrouver ton chemin pour revenir Entre-les-Mondes, la seule porte qui te permettra de retourner chez toi.

Elle lui glisse un anneau jaune à l’annulaire de la main droite et ce geste fait que leurs pensées s’étreignent, se pénètrent, se confondent.

-Pour retourner dans ton monde tu porteras l’anneau à tes lèvres.

Eric s’élance entre les arbres, plonge dans une mare qui n’est pas d’eau mais frontière mouvante entre les mondes. Il traverse des espaces, des siècles, des lumières et des ténèbres. A chaque passage, son enveloppe corporelle change de matière pour s’adapter à des environnements tantôt amicaux, tantôt hostiles. Et bientôt un matin, il se retrouve au milieu d’un champ. Face à lui, un être dans les yeux duquel il se voit comme dans un miroir.

-Qui est-tu ?

-Je suis toi, ton passé, ton présent, ton futur.

Il le regarde mimer ses gestes et ses paroles ou peut-être que c’est lui qui les mime. Eric lit sur ce visage une tristesse qu’il interprète comme un appel de son monde originel.  Il regarde ses mains et porte machinalement l’anneau à ses lèvres. Il se  retrouve Entre-les-Mondes et la belle femme réapparait sous forme de lumière.

-Tu as rencontré ton double et tu as compris que tu étais immortel. Maintenant, tu peux retourner chez toi et préparer ton futur.

C’est comme cela qu’Eric se trouve à marcher sur la route qui le mène à son village. Arrivé dans son quartier, il s’aperçoit que tout a changé. Sa maison a les volets clos. La clé qu’il plaçait toujours dans le pot de fleurs a disparu. Il se rend alors chez sa fiancée qui habite à côté. Il frappe à la porte. Une femme d’âge mûr lui ouvre.

-Bonjour Monsieur.

-Est-ce que Sophie est là ?

En jetant un coup d’œil par-dessus son épaule, Eric aperçoit le père de famille et ses enfants à table, en train de manger.

-Je m’appelle Sophie mais je ne pense pas que je sois celle que vous cherchez.

-Mon nom est Eric Morin, je cherche ma fiancée.

La femme le regarde avec une stupeur mélée d’incrédulité.

– Eric Morin a disparu il y a vingt ans. Quelle plaisanterie de mauvais goût dit-elle en lui claquant la porte au nez.

Imprimer E-mail